Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Druide - Olivier Péru

1123 après le Pacte.

Au Nord vivent les hommes du froid et de l'acier, au Sud errent les tribus nomades et au centre du monde règnent les druides. Leur immense forêt millénaire est un royaume d'ombres et de mystères. Nul ne le pénètre et tous le respectent au nom du Pacte ancien. Les druides, seigneurs de la forêt, aident et conseillent les hommes avec sagesse depuis la nuit des temps. Mais un crime impensable va bouleverser cet équilibre : dans la plus imprenable citadelle du Nord, quarante-neuf soldats sont sauvagement assassinés sans que personne ne les entende seulement crier. Certains voient là l'œuvre monstrueuse d'un mal ancien, d'autres usent du drame comme d'un prétexte pour relancer le conflit qui oppose les deux principales familles régnantes. Un druide, Obrigan, a pour mission de retrouver les assassins avant qu'une nouvelle guerre n'éclate. Mais pour la première fois, Obrigan se sent impuissant face à l'énigme sanglante qu'il doit élucider… Chaque nouvel indice soulève des questions auxquelles même les druides n'ont pas de réponses. Une seule chose lui apparaît certaine : la mort de ces quarante-neuf innocents est liée aux secrets les plus noirs de la forêt…

Après avoir enchaîné plusieurs livres de science-fiction, j'avais envie de changer un peu de style, et puisque j'avais mal entendu parlé de ce livre, j'ai attaqué Druide. Ayant de plus en plus de mal avec ce genre, je craignais un peu ce que j'allais lire, mais j'essayais de rester le plus ouverte possible.

Et heureusement, parce que dès le début de ma lecture j'ai rencontré des défauts qui font que je m'éloigne de ce genre. Il y a d'abord le côté super stéréotypés des membres des différents peuples ou pays : toutes les tuniques noires ont peu ou prou les mêmes qualités et le même comportement, les habitants du Rahimir sont caractérisés de la même façon, tous leurs rois se ressemblent, etc. C'est vraiment lourd, cette incapacité à envisager la multiplicité de l'être humain, que chaque être soit un individu avant d'être membre d'un ensemble plus grand. Donc déçue de cette présentation des choses. Deuxième point qui m'insupporte également, la fixité et la permanence des pays et des frontières à travers les siècles. C'est juste un truc totalement impossible, ça ne tient pas, et ce n'est pas parce qu'on est en fantasy que ces réalités politiques devraient passer à la trappe. En tous les cas, quand c'est le cas, ç'a tendance à fortement me faire grincer des dents. Et enfin, dernier point, le peuplement des deux royaumes (enfin là, plutôt du Sonrygar). On entendant dire que c'est super riche, puissant, et tout le bordel, et on ne traverse pas une seule terre cultivée, on ne voit pas un paysan, un marchand ni rien, alors que ce sont eux qui font la richesse d'un territoire. Donc, là encore, complètement irréaliste. Et en fait ce n'était pas mon dernier point, puisque si j'en crois la carte, les distances parcourues par Obrigan en une journée sont totalement fantaisistes (apparemment, il y a 100 lieues entre Wishneight et le Toit des sages, c'est à dire environ 450 kilomètres, et aucun cheval ne fera ça en une journée). En plus de ça, un point du crime n'a pas été relevé par Obrigan alors qu'il me semble essentiel (et il n'en sera jamais fait mention dans tous le livre) : on ne sait pas pourquoi les 50 soldats se trouvaient dans la Salle du roi alors que c'est avant une salle réservée aux invités de marque.

Par contre, une fois cette partie dans les royaumes des hommes passée, on entre à la suite d'Obrigan dans la forêt des druides, et à partir de là tous ces défauts disparaissent, puisqu'ils n'ont plus vraiment d'importance dans l'histoire. Et, à partir de ce moment, j'ai enfin réussi à me plonger totalement dans l'histoire et à en profiter vraiment. Je n'ai plus pu lâcher le bouquin, et je l'ai fini très rapidement. La résolution du mystère est bien menée, l'angoisse monte progressivement, et les révélations s'enchaînent à un bon rythme. Et la fin compense largement les défauts du début de l'histoire car elle est subtile et ambivalente. Elle a même réussi à me faire pleurer, ce qui n'était pas arrivé depuis longtemps Par contre, il y a encore deux détails dans cette partie qui me chiffonnent, dont un particulièrement qui aurait mérité d'être traité car il est directement en lien avec la résolution de l'enquête d'Obrigan.

Pour conclure, c'est un livre qui met du temps à démarrer, mais qui ensuite garde un rythme soutenu et se termine bien mieux qu'il n'a commencé.

Tag(s) : #Fantasy, #Thriller

Partager cet article

Repost 0