Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les rats - James Herbert

Ils ont appris à vivre dans l'ombre.

À ne sortir que la nuit et à craindre les hommes.

Mais aujourd'hui, ils ont pris conscience de leur force et, à leurs dents tranchantes comme des rasoirs, ont ajouté de nouvelles armes : l'horreur qu'inspire leur multitude grouillante...

Et leur goût pour la chair humaine.

Ce livre étant l'intégrale d'une trilogie, je vais traiter chaque tome l'un après l'autre, pour plus de facilité et de clarté.

Les rats : Londres, l'East end, à la fin des années 60 ou au début des années 70. C'est pauvre, très pauvre, et les destructions causées par l'armée allemande pendant la Deuxième guerre mondiale n'ont pas été déblayées ni reconstruites. On croise donc des taudis un peu partout, des immeubles non entretenus, des terrains vagues... Un endroit parfait pour que les rats pullulent. Mais les rats qui se dissimulent dans l'ombre ne sont pas des rats ordinaires : ils font près d'un mètre de long avec la queue, sont plus intelligents, plus agressifs et plus obstinés que le classique rat noir. Et à partir du moment où ils ont goûté la chair humaine, ils ne veulent plus que ça.

Étonnamment, j'ai trouvé que l'histoire démarrait trop vite, que l'auteur ne dispersait pas assez son récit pour nous permettre de suivre la montée en puissance des rats. J'aurais préféré qu'il en soit ainsi, la tension aurait été bien plus grande. Par contre, les scènes d'attaque sont très bien décrites et évitent toute redondance, ce qui n'est pas forcément évident avec un adversaire comme celui-ci, cette masse grouillante sans aucune individualité ni personnalité.

De plus, Herbert nous permet de participer à la gestion de la crise par les autorités londoniennes, grâce à quoi on est au premier plan pour connaître le fin mot de l'histoire, ainsi que l'origine des rats mutants. Du moins l'espère-t-on. Mais comme il y a trois tomes, on se doute bien que l'extermination des rats ne marchera pas, et qu'il y aura des survivants.

Le repaire des rats : Changement de décor, nous voilà dans une forêt en banlieue de Londres, où se sont réfugiés une famille de rats ayant échapé à la destruction à la fin du tome précédent.

Herbert reprend la même trame que dans le premier tome, à savoir montée en puissance des attaques, réactions des pouvoirs publics, destruction. Mais cette fois-ci la montée en puissance est beaucoup plus lente car les rats sont plus méfiants et les hommes complètement inconscients de leur présence. C'est exactement ce que j'aurais voulu voir dans le premier tome, et j'ai donc été ravie. En plus, le changement d'environnement apporte de nouvelles possibilités qui sont bien exploitées, et l'on en apprend un peu plus sur les rats mutants, sur leur organisation, leur mode de fonctionnement. Et bien sûr, malgré les morts, les rats sont détruits et les hommes peuvent respirer. Ou pas...

L'empire des rats : Voilà le dernier tome de la trilogie, et je me demandais bien ce qu'Herbert allait pouvoir nous sortir pour changer des deux précédents. Au premier abord, déception, nous voilà de retour dans Londres. Mais tout va être chamboulé en quelques minutes : guerre froide, tensions, un faux pas quelque part, et voilà Londres touchées par cinq bombes atomiques. Nous suivons donc quelques survivants dans un abri anti-atomique dans le réseau du métro, les difficultés dues à la promiscuité, l'enfermement, l'angoisse, alors que les rats n'apparaissent pratiquement pas (même quand on croit avoir affaire à l'un d'entre eux, enfin !, Herbert arrive à nous joeur un tour).

J'ai aimé cette nouvelle présentation, le fait que les problèmes s'additionnent les uns aux autres, ça apportait du sang neuf à la trilogie, ça évitait que l'histoire ne s'enlise trop. Mais malgré ça j'ai fini par décrocher et lire la fin en diagonale pour en terminer au plus vite. En fin de compte, je pense avoir fait une over-dose de rats.

Au final, c'est plutôt une bonne trilogie, mais je pense qu'il vaut mieux éviter de la lire d'une traite au risque de s'en lasser.

Tag(s) : #Science fiction, #Horreur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :