Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Câblé - Walter Jon Williams

Pratiquez-vous la zone-danse ? Fréquentez-vous des embrochés ? Êtes-vous souvent en interface ? Non ? Alors vous n'êtes pas comme Cowboy, l'ancien pilote de chasse aux yeux sensibles aux infrarouges, ni comme Sara et son cybercobra tapi au fond de la gorge. Vous n'êtes pas non plus comme Reno, décédé mais toujours vivant dans l'interface. Et vous n'êtes pas armé pour résister aux rêves d'omnipotence des Orbitaux. Vous n'êtes pas câblé.

Après Gibson, je voulais aborder l'autre créateur du cyberpunk qu'est Walter Jon Williams avec ce roman.

Comme dans les romans de Gibson, le lecteur se retrouve immédiatement plongé dans l'histoire, sans aucune explication, et il faut la reconstituer à partir des bribes qui sont disséminées tout au long du texte ; l'homme a conquis l'espace, et nombreux sont qui vivent en orbite autour de la Terre, les Orbitaux. Ces derniers ont fini par vouloir se libérer de la l'emprise de la Terre, ce qui a abouti à une guerre, et la victoire des hommes de l'espace, qui ont pris économiquement la Terre en otage. Les Terriens vivent, ou survivent, comme ils peuvent, certains, comme Cowboy, transportent de la marchandise de contrebande, tandis que d'autres, à l'image de Sarah, ne rêvent que d'une chose, échapper à la Terre, à la glaise, pour vivre dans les blocs orbitaux. Mais ils sont tous pris dans les rets des Orbitaux, et toute action entraînant une réaction, ils se retrouvent dans des affaires qui le dépassent et mettent leur vie en jeu.

Comme toujours en cyberpunk, nous en savons autant que les personnages, c'est-à-dire la plupart du temps très peu, et c'est à nous de comprendre au fur et à mesure les tenants et les aboutissements de ce qui se joue sous nos yeux. J'ai beaucoup apprécié la fin, surprenante mais tout à fait logique, que je n'ai devinée qu'au tout début du dernier chapitre. C'est donc une histoire qui demande une attention soutenue pour ne rien manquer et se souvenir de tous les faits importants, mais elle en vaut par sa présentation d'un monde totalement bouleversé, la révolte, mais aussi la haine de soi, l'espoir d'un monde meilleur, se battre pour ses rêves, en définitive.

Le style est particulier, au présent mais avec des passages au passé pour effectivement évoquer ce qu'il s'est passé précédemment. Il faut donc se faire à ces sauts dans le passé, qui ne sont annoncés par aucune marque typographique, ce qui ne facilite pas les choses. En plus, le roman est ponctué de publicités pour des produits orbitaux qui promettent toutes une vie meilleure, plus belle, plus exaltante, loin de la misère du quotidien, mais sans pour autant quitter la Terre ; c'est encore une évocation du rêve, mais de rêves factices, inutiles, plus douloureux qu'autre chose, car créés par la puissance dominante afin d'endormir les masses.

En définitive, c'est un très bon roman, exigeant, mais captivant.

 

Tag(s) : #Science fiction, #Cyberpunk

Partager cet article

Repost 0